Accueil Galerie Plan du site
:: Accueil :: Hyménoptères
Benoît Martha
Identification d’un Hyménoptère
Un exemple pas à pas avec Crossocerus elongatulus (Crabronidae)
lundi 18 janvier 2010

Arthropa - 12/09


Identification du genre

- Une seule cellule cubitale aux ailes antérieures [1]

- Bord interne des yeux non échancrés

- Stigma (en bleu) pas spécialement gros, et pas plus long que la cellule radiale (en rouge)

- Bord interne des yeux convergent vers le clypeus

- Cellule cubitale (en vert) et discoïdale (en orange) séparées par une nervure

- Mandibules bidentées à leur extrémité
(désolé, c’est peu visible sur la photo, mais c’est très net sous la bino !)

- Ocelles disposées en triangle équilatéral

- Premier segment abdominal non pétioliforme

- Abdomen noir, non taché de jaune

- Mésopleures ponctuées

- Face postérieure du propodeum lisse (et très finement sculptée, mais impossible de vous le montrer en photo)

Il s’agit donc du genre Crossocerus.

Il s’agit d’une femelle, comme en atteste l’aire pygidiale nette présente sur le 6e segment abdominal.

Petite pause café...

Avant de continuer, je me suis au préalable assuré que cette clé suisse comprenait les espèces que j’étais susceptible de rencontrer en Saône-et-Loire, en comparant avec les données de Fauna Europaea pour la France. ...Ce qui a nécessité une étape préalable pour établir les synonymes, certains noms ayant changé depuis 1964.

Pour ce qui est des synonymies, voilà ce que j’ai pu reconstituer (Beaumont <-> Fauna Europaea) :

  • C. ambiguus Dahlbom = C. annulipes (Lepeletier & Brullé, 1835)
  • C. pubescens (Shuckard) = C. nigritus (Lepeletier & Brullé, 1835)
  • C. leucostomoides Richards = C. megacephalus (Rossi, 1790)
  • C. confusus (Schulz) = C. binotatus (Lepeletier & Brullé, 1835)

D’après Fauna Europaea toujours, une seule espèce n’est pas intégrée dans le Beaumont (normal, elle a été décrite après 1964 !) : C. guichardi Leclercq, 1972.

Sous réserve de cette espèce et de l’exhaustivité de Fauna Europaea, le Beaumont permet donc d’identifier tout Crossocerus capturé en France métropolitaine. C’est ce que me confirme Patrick : « Pour Crossocerus, il y a à peu près tout. En effet les Crossocerus sont en général des espèces de moyenne montagne, et de nombreuses espèces sont plutôt mieux représentées dans les Alpes et le Jura qu’ailleurs : donc la faune de Suisse en est bien pourvue. »

Post Scriptum :

Un grand merci à Patrick Burguet de Brissay : sans son "aiguillonnage", ce spécimen rejoignait les nombreux Crossocerus sp non identifiés

[1Pour plus d’explications sur les cellules cubitales et les autres, voir l’article : Nervation alaire des Hyménoptères

Dernière mise à jour :
mardi 31 mars 2020