Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

Difficulté de connexion, pas de bouton réponse : utilisez CE LIEN pour vous connecter

[Ameles decolor] Oothèques incrustées !

Animateur : Sans animateur

Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

[Ameles decolor] Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Bonjour,
Alors que sur certains territoires les oothèques de Ameles decolor sont déposées à découvert sur quelque brindille la fréquentation régulière d'un biotope colonisé m'a toujours conduit à les découvrir bien dissimulées sous des pierres et très souvent incrustées dans les anfractuosités où leur morphologie a de quoi surprendre ...
il va de soi que lors de l'élaboration de l'ouvrage la femelle fondatrice doit travailler à l'envers et à l'aveugle (de nuit de surcroit !), livrant alors une structure polymorphe mais stéréotypée en ce qui concerne la disposition des oeufs alignés verticalement sur un seul plan et isolés les uns des autres en cellules juxtaposées sans ordre bien défini ...
à l'époque le sacrifice de quelques oothèques m'avait permis une analyse approchante de ces ouvrages, bien plus faciles à exploiter que ceux de Mantis religiosa, et bien des questions restent à élucider !
le bec caractéristique de l'espèce correspond au point de sortie des juvéniles, mais il est très souvent ouvert précocement en saison par des parasitoides oophages qui empruntent le même chemin (Chalcidiens du groupe des Eupelmides brachyptères) ...
sur oothèques non contaminées l'on peut se demander comment la larve primaire remarquable et totalement apode peut se frayer un passage sur bec fermé et il faut croire qu'elle soit capable de sécréter un liquide libérateur, car sitôt arrivée en ce point elle abandonne sa dépouille et revêt alors sa tenue de juvénile très alerte ...
avant de scanner quelques documents anciens en argentique voici l'oothèque-type dans toute sa splendeur, les oeufs au contact de la roche et séparés simplement par une assise mince rendant tout clivage délicat ...
Image
jules d\'oc : France : 5 10 2005 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : longueur 8 mm
ref:52732
Modifié en dernier par jules d'oc le lundi 7 décembre 2009, 16:33, modifié 1 fois.

Balises :
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

En voici une autre à bec intact, mais élaborée pour moitié du fait de l'espace restreint imposé à la pondeuse ...
Image
jules d\'oc : France : 3 12 2009 : Neffiès : 34
altitude : 200 m - taille : longueur 5 mm
ref:52733
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Avant de poursuivre sur les ouvrages à bec perforé en voici une particulièrement protégée dans la litière, mais qui ne saurait échapper au parasitoides !
Image
jules d\'oc : France : 5 12 2009 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : largeur 6 mm
ref:52734
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Je ne vais pas inonder le forum de toutes les photographies d'oothèques que j'ai pu voir, mais tout de même une oothèque bien abritée dans le creux du minéral a moins de chances d'être atteinte par les parasitoides qui en explorant leur face convexe libre ont toute liberté pour planter leur tarière et contaminer ainsi l'ensemble des oeufs déposés ...donc une petite dernière intacte pour la saison !
l'Ameles aurait-t-elle acquis un instinct de protection de sa progéniture ?
Image
jules d\'oc : France : 5 12 2009 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : largeur 6-7 mm
ref:52735
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Quant à l'intervention des parasitoides il est possible de dire qu'elle est précoce et suit de près les ouvrages des pondeuses, mais pour l'objectiver il faut s'armer de patience et bénéficier de beaucoup de chance en retournant ces pierres !
très souvent le Chalcidien (ou les Chalcidiens car il y en a plusieurs!) est en train d'inspecter et fuie avec la rapidité de l'éclair ; mais une fois la tarière plantée dans le noyau ovigère il devient relativement facile de saisir ses exploits ...
et j'en ai retrouvé un à l'oeuvre, femelle aptère de je ne sais plus quel représentant des Anastatus sp., de 3,20 mm de long sans la tarière, capturé avec de sérieuses difficultés ...
le cycle vital de ces micro-hyménoptères est bref, ils émergent de la sorte en empruntant le chenal de sortie habituel de leur hôte et perforent le bec avec aisance ; ainsi se découvrent en décembre davantage d'oothèques contaminées qu'intactes, mais fort heureusement tous les oeufs ne sont pas atteints systématiquement et cela est d'autant plus favorable que la fécondité de l'Ameles n'est pas très importante (25 à 30 oeufs en moyenne sur une unique oothèque par femelle, sauf rares exceptions !) - du moins sur le territoire que je prospecte régulièrement ...

Image
jules d\'oc : France : 16 10 2006 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : 3,20 mm sans la tarière
ref:52738
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Poursuivons, poursuivons !
voici donc une double oothèque coalescente résultant probablement d'une même femelle fécondée et qui un peu trop à l'étroit s'est vue dans l'obligation d'élaborer 2 structures au revers de la roche bien couchée dans la litière ...
le bec béant de celle vue de face signe l'intervention des parasitoides évadés, l'autre à bec intact (non visible sur ce document) permet de dire qu'il ne s'agit pas d'oothèques de l'année précédente et qu'elle livrera le moment venu son lot de juvéniles ...
ces pontes en juxtaposition ne sont pas très fréquentes et il est bien difficile de les séparer, la déchirure des assises mettant à jour les oeufs qui fatalement sont lésés et non viables - à éviter absolument, à moins d'emporter en bloc caillou et pontes pour qui désirerait assister aux éclosions !
demain je rechercherai l'un des clichés montrant la larve primaire, elle est vraiment insolite et m'avait demandé pas mal de patience pour la découvrir en chenal d'évasion ...
Image
jules d\'oc : France : 3 12 2009 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : largeur de face 6-7 mm
ref:52741
Avatar du membre
Vinz
Animateur
Enregistré le : jeudi 10 mai 2007, 18:56
Localisation : Vaucluse (84)

Oothèques incrustées !

Message par Vinz »

Je suis ceci avec un grand interêt. Merci Jules.
Vinz
"C'est bon les PATATES !!"
Avatar du membre
microcosmos
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 28 septembre 2007, 20:08
Localisation : Sigean ( Aude)

Oothèques incrustées !

Message par microcosmos »

C'est la première fois que je vois des oothèques, on pourrait presque dire troglodytes :roll:.
Merci pour ce reportage, Jules !
«On ne connaît que les choses qu’on apprivoise.»
[ Antoine de Saint-Exupéry ] - Extrait de Le Petit Prince
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

Merci à vous pour l'intérêt que vous portez à mon discours !
Fabre en son temps s'était longuement expliqué sur la structure des oothèques de M.religiosa et je crois que c'est à lui que revient le mérite d'avoir observé la larve primaire apode dépourvue de tout appendice avant de migrer sur la ligne de sortie où se produit l'exuviation et la libération de la larvule de premier stade ...il faut relire ce chapitre !
je ne saurai affirmer qu'un tel processus intervient pour tous les constructeurs d'oothèques, il est certain pour A.decolor ; pour découvrir la fameuse larve primaire j'avais placées quelques oothèques en incubateur afin d'anticiper la transformation et tout en suivant les rythmes de sortie des juvéniles ...
et en procédant alors par coupes longitudinales j'ai ainsi pu identifier l'une de ces migrantes et la photographier sous binoculaire avant qu'elle n'ait atteint le bec de sortie ...
en fait tout va très vite et une fois l'orifice franchi l'exuviation immédiate libère une larvule achromique qui se pigmente aussi vite, seuls les yeux sont teintés de bleu au départ, et il est impossible de séparer visuellement ce qui correspond au sexe mâle ou femelle (la différenciation sexuelle doit se produire à des stades ultérieurs) ...
je rechercherai d'autres documents qui sont intéressants afin de comprendre l'organisation des oothèques, ce qui comme l'on s'en doute m'a contraint à sacrifier des oeufs très fragiles initialement verts et prenant une coloration jaune lors de l'embryogénèse ...
voici donc la larve primaire de l'Ameles decolor (sa jumelle ne se trouve pas dans le secteur prospecté !) ...
Image
jules d\'oc : France : 6 1 2005 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : 2,75 mm
ref:52757
Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

Oothèques incrustées !

Message par jules d'oc »

quant à la disposition des oeufs je crois qu'il convient de s'émerveiller devant un tel chef d'oeuvre de la nature ; chaque oeuf est isolé dans une cellule à paroi mince et ouverte vers le haut sur 2 feuillets qui convergent sur le chenal d'évasion, en plus dans la cellule l'oeuf est protégé par une membranule (m sur le cliché) et paradoxalement le pôle renflé qui en théorie correspondrait à la tête se situe au contact de l'assise basale ,celle qui fixe l'oothèque à son support ...mais ne me demandez pas comment la larve primaire abandonne la cellule pour migrer vers le bec !
la nature est ainsi faite et sait garder tous ses secrets, probable qu'une substance x soit émise lors de ce cheminement et seule capable de dissoudre le squelette protecteur de consistance cornée ...
Image
jules d\'oc : France : 27 9 2004 : Cabrières : 34
altitude : 250 m - taille : 2,37 sur 0,87 mm
ref:52758

Retourner vers « Les Mantes »