Accueil Galerie Plan du site
:: Accueil :: Arachnides
Les araignées et le parasitisme
vendredi 16 janvier 2009

Comme tous les êtres vivants, les araignées sont victimes de parasites. Parfois elles les sentiront à peine et parfois elles en mourront...
Qui sont ces parasites ? Quelles sont leurs tactiques et quels sont leurs buts ? Qui sont les victimes ?
Ces questions vont être abordées dans cet article. Au travers de définitions, d’exemples et d’illustrations nous pourrons prendre conscience de l’étendue du sujet, de sa complexité et des fabuleux mécanismes mis en place.
Cet article n’a pas de prétentions scientifiques. Il s’agit d’un travail de synthèse d’informations trouvées sur différents supports.

Marina CHAVERNOZ - 01/09

Quelques définitions pour permettre à tout le monde de partir du même pied. Ces définitions ne sont pas spécifiques aux arachnides, elles concernent l’ensemble des organismes vivants.

  • Tout d’abord, qu’est ce qu’un parasite ?
    Eh bien, il s’agit d’un organisme vivant qui vit en partie ou totalement grâce à un autre organisme. L’organisme victime sera appelé l’hôte. Le parasitisme peut se faire aux dépens de l’hôte en allant jusqu’à entraîner sa mort. Le parasitisme peut aussi se faire sans provoquer la moindre perturbation pour l’hôte. Mais il peut encore se faire en symbiose, c’est à dire qu’il peut y avoir un bénéfice mutuel.
    • Lorsque le parasite entraine la mort de son hôte le terme à employer est parasitoïde. Certains vont même jusqu’à parler de prédation.
    • En cas de bénéfice mutuel, il s’agira de symbiose et le parasite sera un symbiote. Leur survie sera interdépendante.
    • Lorsque l’hôte ne subit aucun tort on parlera de commensalisme et de parasite commensal.
  • Devant les différents termes représentant différents parasites peuvent être rajoutés des préfixes. Il s’agit de pseudo, clepto, d’ecto, de méso et d’endo.
    • Un pseudoparasite vit aux dépens des œufs de son hôte.
    • Un cleptoparasite (ou kleptoparasite) vit aux dépens de la production d’un hôte (ex : une ruche parasitée...).
    • Un ectoparasite est présent sur les parties externes de son hôte. Il est donc visible.
    • Un mésoparasite est présent à l’intérieur de son hôte. Il est entré par des voies naturelles.
    • Et enfin, un endoparasite est présent à l’intérieur de son hôte sans être passé par des voies naturelles. C’est à dire qu’il y a eu perforation à un moment donné.

Les parasites se rencontrent à tous les stades de la vie d’un organisme : de l’œuf à l’imago.

Nos chères araignées subissent donc les assauts de tout un tas de parasites. Certains vont même jusqu’à manipuler le comportement de leur hôte.
Nous allons principalement rencontrer quatre cas de parasitisme différents :

Dans la grande majorité des cas, les parasites sont du type parasitoïde.


Dernière mise à jour :
jeudi 2 mars 2017