Accueil Galerie Plan du site
:: Accueil :: Hyménoptères
Benoît Martha
Identification d’un Hyménoptère
Un exemple pas à pas avec Crossocerus elongatulus (Crabronidae)
lundi 18 janvier 2010

Arthropa - 12/09


Identification de l’espèce

- Abdomen noir, non taché de jaune

- Aire pygidiale en triangle régulier, plane, ponctuée

- Mésopleure (en rouge) sans pointe en avant des hanches 2 (en bleu)

- Aire pygidiale glabre, à ponctuation plus ou moins espacée

- Bord postérieur du mésonotum (en rouge) avec de courtes stries longitudinales (surlignées en rouge)

- Sillon en avant de l’ocelle antérieure

- Taille de 5 à 6.5 mm

- Face externe du tibia 2 noire avec un petit anneau jaune à la base

- Scutellum (en vert) noir, collare (en bleu) noir ou (ici) avec 2 petites taches blanchâtres

- Aire pygidiale noire

- Impressions frontales...

Les "impressions frontales", ce sont ces zones brillantes marquées en rouge, entre les ocelles postérieurs et les yeux.

Tout l’enjeu est de savoir si elles sont

  • légèrement surélevées - ce qui permettrait de conclure à C. elongatulus
  • ou au même niveau que les régions avoisinantes du dessus de la tête - ce qui définirait C. distinguendus

...malgré un temps "certain" à tourner la bête sous toutes les incidences lumineuses possibles pour essayer d’en avoir le cœur net, je n’ai pas réussi à trancher : ces impressions sont discrètement bombées, mais me paraissent cependant au même niveau que le reste... Et le Beaumont ne mentionne pas d’autre critère sur lequel s’appuyer.

Jusqu’à ce que Patrick me vienne en aide avec ces autres critères distinctifs :

  • Chez distinguendus , les côtés du propodeum sont séparés nettement de la face postérieure par une carène saillante, accompagnée de chaque côté d’une ligne de fovéoles. L’enclos propodéal est complètement entouré d’un sillon crénelé.
  • Chez elongatulus , les côtés du propodeum sont mal séparés de la face postérieure par une vague trace de carène accompagnée de fines strioles transversales. Le sillon crénelé qui limite l’enclos propodéal s’estompe de chaque côté vers l’avant.

- Pas de carène franche qui sépare la face postérieure (en vert) de la face latérale (en rouge) du propodeum

- Le sillon crénelé s’estompe de chaque côté vers l’avant

Et nous voilà donc arrivés à Crossocerus elongatulus (Vander Linden 1829) !

Terminus, tout le monde descend !

Conclusion

Après la grande satisfaction de mettre un nom à tous les insectes dans les premiers temps,

Après la grande frustration de devoir débaptiser ces mêmes insectes quelques temps plus tard,

Vient le temps d’une nouvelle grande satisfaction : celle de remettre un nom précis et fiable sur l’un d’entre eux !

...avant une évolution taxonomique qui viendra à nouveau ébranler les certitudes, mais chut ! Il ne faut pas le dire !

Tel est l’éternel cycle de la vie vue par le trou de la binoculaire !

Post Scriptum :

Un grand merci à Patrick Burguet de Brissay : sans son "aiguillonnage", ce spécimen rejoignait les nombreux Crossocerus sp non identifiés

Dernière mise à jour :
mardi 31 mars 2020