Accueil Galerie Plan du site
:: Accueil :: Hyménoptères
Bref aperçu de la systématique des Ichneumonidae
vendredi 11 janvier 2008

Avertissement : les chiffres annoncés dans cette présentation n’ont pas la prétention d’être rigoureusement exacts ; ils donnent simplement un ordre de grandeur.

Systématique :

La famille des Ichneumonidae est une des plus vastes familles d’insectes. Il y a actuellement plus de 60 000 espèces connues dans le monde.
Pour la zone paléarctique, on connaît un peu plus de 7920 espèces réparties en 665 genres... En France, plus de 2700 espèces sont connues (sans compter les sous-espèces) pour plus de 525 genres, réparties en 33 sous-familles. Grâce à la base de données Taxapad (www.taxapad.com), qui donne, entre autres informations, la répartition des espèces, mais aussi grâce aux catalogues publiés par Joël Valemberg (Société Entomologique du Nord de la France) et aux travaux de Jacques F. Aubert, on peut ajouter plus de 1200 espèces connues des pays limitrophes mais non encore connues de France. En effet, quand une espèce est connue d’Angleterre, de Belgique, d’Allemagne et de Suisse, il est fort probable qu’elle est aussi présente en France ! Ce sont donc potentiellement près de 4000 espèces qui se trouvent sur le territoire de la France métropolitaine et donc plus d’un millier d’espèces nouvelles pour la France à découvrir !

A l’intérieur de ces 33 sous-familles, il règne une complète disparité quant au nombre d’espèces. En effet (voir graphique), certaines sous-familles ne comptent qu’une espèce, par exemple celle des Agriotypinae avec l’espèce Agriotypus armatus Curtis qui parasite les larves de Phryganes. D’autres sous-familles sont monstrueuses avec plus de 800 espèces (Cryptinae et Ichneumoninae) !
Il est bien évident qu’un particulier peut difficilement s’attaquer à l’étude de l’ensemble de cette famille et que des choix doivent être faits. La documentation nécessaire pour au moins commencer à travailler est déjà très volumineuse et souvent difficile à se procurer. Si certaines sous-familles sont moins mal connues que d’autres (les Pimplinae par exemple), pour d’autres, il n’existe pratiquement pas de documents utilisables. Il en va de même à l’intérieur des genres, où là aussi certains ne contiennent qu’une espèce et d’autres une centaine (le genre Ichneumon Linné par exemple). Lorsqu’on sait par ailleurs que mâles et femelles sont souvent suffisamment différents pour qu’il ne soit pas du tout évident que l’on a affaire à la même espèce, les choses ne font qu’empirer ! Pour compliquer les choses, il n’est pas rare que les clés (quand il y en a) ne concernent que les femelles...
Autre problème important, mais qui découle de ce qui vient d’être dit, il n’y a que très peu de personnes qui travaillent sur ces bêtes. Du coup, le travail avance très lentement !

Biologie :

La biologie des Ichneumonidae est loin d’être bien connue. On sait que ces bêtes parasitent tout particulièrement les Lépidoptères (stades chenilles et chrysalides), les Hyménoptères Symphytes, les Coléoptères (les xylophages en particulier) et les Araignées.
Certaines espèces ne parasitent que quelques hôtes (on appelle hôte toute espèce parasitée) à biologie très proche. D’autres en parasitent plusieurs dizaines. Pour certaines espèces les hôtes sont bien connus, pour d’autres, on n’en a aucune idée ! Il est cependant certain que ces bêtes sont de précieuses alliées pour les agriculteurs et les forestiers en particulier.

- Tableau du nombre de genres connus de France -
- Tableau du nombre d’espèces connues et probables de France -

Voilà donc un petit aperçu de cette vaste famille d’insectes.
Grâce aux tableaux ci-dessus, chacun pourra mieux visualiser l’importance de la sous-famille à laquelle appartiennent les insectes dont les photos sont publiées sur le forum !

Thierry Robert

Dernière mise à jour :
jeudi 2 mars 2017